Une mine sous-marine de la seconde guerre mondiale, à proximité de Saranda © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

Albanie : Expédition vers l'inconnu

Des amphores dans cinq mètres de profondeur !

Lorsque je me mets à l’eau pour suivre Philippe, j’ai une petite idée de ce qu’il vient de découvrir. Et effectivement, à moins de cinq mètres de profondeur, un morceau de terre cuite dépasse du sable. Une fois l’objet photographié, nous réalisons qu’il est très probablement un fragment important d’une amphore ou d’un vase ancien. D’une cinquantaine de centimètres de long et d’une trentaine de large, la pièce est décorée de fines rainures parallèles. Bien que brisée, une partie d’une de ses anses est toujours visible. Ces détails nous permettront peut-être de faire dater précisément notre première découverte.

Au fil de nos plongées, nous découvrons des restes archéologiques, enfouis dans le sable dans des profondeurs très faibles © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

Les jours suivants, nous explorons tous les mouillages alentours qui semblent être de bons abris. A chaque ancrage, nous localisons d’autres fragments de poteries anciennes, disséminés ça et là, à peine enfouis. En moins d’une semaine, nous photographions sous tous les angles un grand nombre de cols, d’anses et de culs de vases anciens. Des restes archéologiques qui ont sommeillé durant des siècles sous quelques mètres d’eau de mer seulement.

Saranda, quelques jours plus tard. Auron Tare (prononcer taré), directeur de l’Albanian Center for Marine Research (Centre albanais de recherche marine), n’a pas mis longtemps pour nous rejoindre. A peine lui avais-je exposé au téléphone nos intérêts communs et les découvertes que nous venions de faire qu’il me donnait rendez-vous une heure plus tard à l’entrée du port de Saranda. L’homme que j’aperçois au loin, descendant d’un grand Land Rover, ressemble à un géant. Large d’épaules, les cheveux très courts et une fine paire de lunettes sur le front, cet Albanais d’une quarantaine d’années a le sourire chaleureux.

Les grottes sous-marines sont nombreuses en Albanie © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

«Comment allez-vous?» me demande-t-il en anglais avec un fort accent américain. Quelques minutes plus tard, nous nous installons à la terrasse d’un des hôtels modernes de la ville. Vivant entre l’Albanie et les Etats-Unis, Auron Tare est connu comme le loup blanc à Saranda. Depuis des années, il travaille activement à promouvoir les richesses culturelles et naturelles de son pays dans le monde entier. L’une de ses plus grandes fiertés est sa participation à la fondation d’un parc national autour du site archéologique de Butrint, à quelques kilomètres de Saranda. Des vestiges grecs, romains et byzantins d’une très grande beauté et très bien conservés y ont été découverts au 20ème siècle. Classé au patrimoine mondial par l’Unesco, le site est visité par des touristes chaque année plus nombreux.

Autres dossiers

  • Boutures de coraux durs et mous © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    Le miracle du corail

    Écologie, Économie3 chapitres

    Il existe en Bretagne une ferme d’un genre peu commun. Installés sur le port de Camaret à la pointe du Finistère, Johan Kergoat et Rémi Plouhinec ont choisi de cultiver des coraux dans une ferme.

  • La fin de la Grande Barrière de corail ?

    Écologie, Économie3 chapitres

    La Grande Barrière de corail en Australie est reconnue comme une merveille de la nature. Pourtant, l’icône internationale subit depuis plusieurs années des attaques à la fois environnementales, touristiques, industrielles, commerciales… OCEAN71 Magazine a enquêté pour comprendre ce qui pourrait justifier qu’un jour on puisse parler de ce joyau naturel à l’imparfait.

  • Maladroite à terre, les tortues marines sont d'une agilité déconcertante en mer. Elles utilisent leur pattes avant comme moteur et les pattes arrières pour se diriger © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    La clinique de l’espoir à Lampedusa

    Écologie4 chapitres

    La petite île méditerranéenne est connue pour accueillir les navires de migrants fuyant l’Afrique et voulant atteindre l’Europe au péril de leur vie. Mais ce rocher isolé possède un secret : une clinique opère et soigne chaque année des dizaines de tortues marines. Ce qui semble être une goutte d’eau est en réalité une nécessité pour la survie de la Méditerranée.