Maladroite à terre, les tortues marines sont d'une agilité déconcertante en mer. Elles utilisent leur pattes avant comme moteur et les pattes arrières pour se diriger © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

La clinique de l’espoir à Lampedusa

Opération à coeur ouvert

« Lame de 12, s’il vous plait ! », lance le professeur Antonio di Bello. Dans la pièce noire, le chirurgien d’une quarantaine d’années saisit le scalpel tendu par l’infirmière et incise d’un geste sûr la partie de peau fripée qui se trouve devant lui, exactement dans le champs de la puissante lampe.

Le chirurgien vétérinaire Antonio di Bello, venu spécialement de Bari, étudie les radiographies de la tortue pour savoir précisément où se trouve l'hameçon pour pouvoir inciser au plus proche © Philippe Henry / OCEAN71 MagazineEtrangement, le sang qui s’écoule doucement et en petite quantité n’est pas rouge, mais violet. Le chirurgien se met alors à ausculter précautionneusement et méthodiquement les intestins du patient. La salle est plongée dans le silence. Tout le monde reste concentré. Seul le ballon permettant de faire respirer le patient sous anesthésie rythme l’opération comme un métronome. Après quelques minutes d’inspection, le médecin s’arrête. Il vient de sentir quelque chose de dur à travers les tissus. Il incise alors une nouvelle fois la peau et extrait avec délicatesse une pièce métallique arrondie et pointue qui brille dans la lumière. Il s’agit d’un hameçon de pêche de cinq bons centimètres de long. L’opération ne fait pourtant que commencer. Un fil de nylon attaché au bout de l’hameçon plonge dans les intestins. Pendant plus de deux heures, le chirurgien va inciser, extraire à chaque fois une dizaine de centimètres de fil, les couper et recoudre les boyaux du patient jusqu’à atteindre l’extrémité du fil.

Pendant toute l'opération la tortue est ventilée à la main par Daniela qui veille à sa respiration © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine« Ce n’est pas l’hameçon le vrai problème », explique Daniela Freggi, l’une des assistantes du chirurgien, protégée par son masque. « Elle est capable de l’expulser avec ses excréments sans trop se blesser… Le réel danger, c’est le fil nylon qui risque de faire des noeuds dans ses intestins. Lorsque cela arrive, elle ne survit pas longtemps. C’est pourquoi le professeur ne tire surtout pas dessus pour l’extraire. Nous sommes obligés de couper le nylon par tronçons de 10-15 cm. »

Deux heures plus tard, les sutures terminées, une infirmière rallume la lumière de la pièce, nous éblouissant tous quelques secondes. On retire les masques. L’une des assistantes écarte la lampe d’intervention, le plateau des instruments chirurgicaux et retire les champs stériles verts qui reposaient sur le corps du patient… découvrant alors une tortue marine d’une vingtaine de kilos sur le dos !

Remis à plat, le reptile à la gueule préhistorique se réveille doucement. Il reste un dernier geste à accomplir avec précaution. Il faut sortir de la trachée de l’animal le tube qui a permis de le faire respirer artificiellement durant l’opération grâce au ballon d’air. Le chirurgien vétérinaire n’a pas le droit à l’erreur. Même encore sonnée par l’anesthésie, le bec puissant de la tortue pourrait lui blesser sérieusement la main ou même lui couper un doigt. D’un geste sûr, le chirurgien place deux doigts sur les narines de l’animal et sort délicatement le tuyau souple de la gueule de la tortue. « C’est fini ! » conclut-il en passant affectueusement la main sur la carapace de l’animal.

La tortue réveillée, le chirurgien extrait le tube de ventilation de la trachée de la tortue. Chez ces animaux marins, la trachée pour la respiration est bien distinct du tube digestif © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

Après trois heures passées dans la petite pièce fraiche, je pousse finalement la porte pour me retrouver dehors en pleine chaleur. Il doit bien faire 30°C. Sous un soleil de plomb, des dizaines de mouettes tournoient en criant autour des bateaux de pêche en bois qui viennent de s’amarrer au quai juste devant nous. Les pêcheurs trient les poissons du jour.

Philippe, son appareil photo suspendu autour du coup, et les autres membres de l’équipe d’OCEAN71 me rejoignent. Nous sommes tous un peu éberlués par l’opération à laquelle nous venons d’assister. Philippe me regarde amusé, avant de me lancer : « Tu n’imaginais pas trouver un truc pareil, au beau milieu de la Méditerranée, hein ? »

Non, effectivement, en arrivant quelques jours auparavant avec notre voilier, je n’imaginais pas qu’on puisse opérer des tortues marines sur une île aussi isolée que celle de Lampedusa.

Pas un seul instant.

 

 

Autres dossiers

  • Galerie

    Le secret des hippocampes

    Écologie, Économie1 chapitre

    Les huîtres, le banc d’Arguin, les marées… nombreux sont les touristes visitant le Bassin d’Arcachon sans savoir que cet espace biologique unique abrite l’une des espèces les plus mystérieuses des mers : l’hippocampe. Ayant presque disparu il y a une dizaine d’années, le Bassin possède aujourd’hui la plus grande concentration de cheval des mers de France.






  • Galerie Les ruines de Jazira Al Hamra © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    Le mystérieux village de l’île rouge

    Culture, Économie1 chapitre

    Les Emirats Arabes Unis sont réputés pour leur démesure immobilière, leur exubérance et leur puissance financière liée au pétrole. Les émirs s’emploient même à faire disparaître toute trace de leur passé de tribus nomades pauvres. Nous avons retrouvé au bord de la mer un village de pêcheur abandonné témoignant de ce passé. Il serait hanté.






  • Méduses, alliées ou ennemies?

    Écologie3 chapitres

    Nos côtes vont-elles bientôt être envahies par des nuées de méduses? Aux quatre coins du globe, d’inquiétants rapports circulent. Alors que des équipes de spécialistes internationaux tentent de répondre à cette question, d’autres scientifiques font de surprenantes découvertes médicales. OCEAN71 Magazine a enquêté sur les incidents mais aussi sur les nouvelles opportunités qui accompagnent ces créatures gélatineuses.