Wally, les nouvelles stars des mers

Une famille de bateaux nés d’un rêve fou

Depuis quelques jours, un vent de folie souffle sur le port huppé de Porto Cervo, au nord-est de la Sardaigne. Certes, un énorme yacht à moteur blanc d’une centaine de mètres, amarré au quai, semble obstruer l’entrée de la marina. Mais les badauds ne s’y intéressent pas. Un comble pour ce géant de plastique qui fait toujours tourner les têtes. Cette fois, une série de très grands voiliers (entre 25 et 35 mètres) se distinguent par leurs couleurs de coques métalliques et sont pris en photo comme des stars. Ce sont des Wally.

Les Wally régatent entre les îles du Nord-Est de la Sardaigne © Guillaume Plisson / OCEAN71 Magazine

Les connaisseurs se pressent autour de deux d’entre eux : Saudade et Indio, les derniers à avoir été mis à l’eau. Un événement ! Depuis le quai, un homme fait un signe à l’un des marins sur le pont. Celui-ci s’exclame en l’apercevant : « Monsieur Owen-Jones, montez donc à bord! » Ce marin d’une quarantaine d’années est Andrea Recordati, l’héritier d’une famille d’industriels pharmaceutiques italiens et heureux propriétaire d’Indio. Lindsay Owen-Jones, l’ancien PDG de L’Oréal, apprécie en connaisseur. Son Wally, Magic Carpet 2, est amarré deux places plus loin : « Bravo Andrea, tu peux être fier, il est somptueux! »

 

Un instant rare, car la famille des Wally ne s’agrandit pas tous les jours. Vingt-sept enfants en 2009. Tiketitan, Open Season, J One, Y3K, ou encore Tango, chacun d’entre eux est une petite merveille de technologie qui a demandé des mois, voire des années d’études. Tous sur mesure, ils ont en commun pourtant leur ligne et l’excellence de leurs finitions. Sur leur pont entièrement en teck, rien n’apparaît ou ne dépasse. Les hublots s’intègrent au millimètre près dans le bois de Birmanie. Tous les cordages, nécessaires pour manœuvrer les voiles, sont cachés pour offrir une vue parfaitement dégagée. Le tout est évidemment commandé électriquement depuis plusieurs pupitres situés derrière les deux barres à roues en carbone, sur lesquels s’alignent des dizaines de boutons multicolores. Quant aux pièces métalliques, rien ou presque ne peut les tordre : elles sont en titane.

Indio appartient à un industriel Italien. Ce voilier est l'un des derniers nés des Wally © Guillaume Plisson / OCEAN71 Magazine

Ces voiliers semblent tout droit sortis d’un roman de science-fiction. Tout comme d’ailleurs l’impressionnant bateau à moteur, ancré à l’extérieur du port, dissimulé au milieu des rochers sardes. Une ligne élancée, couleur vert bouteille, le Wally Power de 35 mètres (apparu au cinéma dans le film The Island, de Michael Bay en 2005) est le navire-résidence du génial inventeur italien de ces merveilles des mers : Luca Bassani.

Autres dossiers

  • enfer au paradis des chagos

    Écologie, Économie, Géopolitique5 chapitres

    L’archipel des Chagos. Le nom sonne comme une destination de vacances dans l’océan Indien. Pourtant, mis à part pour l’armée américaine et une poignée de privilégiés, la zone est interdite. Dans le plus grand secret et pendant 40 ans, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont orchestré et étouffé un véritable scandale d’état : l’exil forcé de près de 2’000 habitants. Enquête.






  • Maladroite à terre, les tortues marines sont d'une agilité déconcertante en mer. Elles utilisent leur pattes avant comme moteur et les pattes arrières pour se diriger © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    La clinique de l’espoir à Lampedusa

    Écologie4 chapitres

    La petite île méditerranéenne est connue pour accueillir les navires de migrants fuyant l’Afrique et voulant atteindre l’Europe au péril de leur vie. Mais ce rocher isolé possède un secret : une clinique opère et soigne chaque année des dizaines de tortues marines. Ce qui semble être une goutte d’eau est en réalité une nécessité pour la survie de la Méditerranée.






  • Galerie

    Le dédale du Bassin d’Arcachon

    Nautisme1 chapitre

    Depuis que l’océan Atlantique est navigué, les passes d’entrée du Bassin d’Arcachon ont inspiré la peur des marins qui devaient s’y aventurer. La cause de milliers d’échouages à cet endroit précis sont les très nombreux bancs de sable se déplaçant chaque année au gré des tempêtes. L’équipe d’OCEAN71 Magazine est partie en avril 2014 pour réaliser des visites virtuelles aériennes permettant d’étudier de près le dangereux labyrinthe.