Les mystères d'Orikum

Vidéo

Episode 1

L’équipe d’OCEAN71 Magazine tient à remercier tout particulièrement :

Toute l’équipe de tournage et de postproduction dirigée par Charles Henry ; les archéologues de l’Université de Genève, dont le Prof. Jean-Paul  Descoeudres et Gionata Consagra (Unité d’archéologie classique de l’University de Genève) ainsi que les archéologues de l’Institut archéologique albanais, dont le Dr. Saïmir Shpuza, pour leur patience et leurs précieux renseignements ; le Dr. Adrian Anastasi pour ses conseils d’archéologue ; les ouvriers albanais du chantier de fouilles ;  Luan et sa bonne humeur peu importe les circonstances ; Agim Zoli pour son accueil en Albanie ; Nick pour sa conduite efficace à travers le pays ; l’équipe du groupe Laps à Montreuil pour leur studio d’enregistrement ; Marc de chez Photo Denfert pour ses conseils sur le matériel photographique sous-marin ; Eric Sauvage (son école) pour ses conseils en matière d’imagerie technique sous-marine ; Franklin Riboud, Julia Moigneux et Sophie Pfyffer pour leur bonne humeur, leur intérêt et leurs images vidéos les plus soignées possibles.

Autres dossiers

  • Wally, les nouvelles stars des mers

    Nautisme2 chapitres

    Il n’en existe qu’une trentaine à travers le monde. Pourtant, ces bateaux de luxe sont considérés comme le nec plus ultra de la plaisance. A la fois robustes, rapides et élégants.






  • L’énigme des îles Samoa

    Écologie4 chapitres

    Les coraux seraient menacés par le réchauffement climatique. Certains scientifiques avancent la prédiction terrifiante qu’ils auront tous disparu d’ici à 2050. Un mystère persiste toutefois : comment expliquer que certains coraux des îles Samoa américaines résistent à des températures considérées comme mortelles pour l’immense majorité des récifs coralliens ? Enquête au pays de tous les superlatifs.






  • Le dangereux pétrole du Nigéria

    Géopolitique1 chapitre

    Pierre* est un officier de la marine marchande française comme il en existe des milliers dans le monde. Pourtant, après six mois de mission au Nigeria, il revient avec un témoignage unique. Celui d’un homme qui a travaillé dans le monde très fermé du pétrole dans le golfe de Guinée. Pierre* n’a pas été licencié. Il a juste décidé d’arrêter de travailler dans cet enfer que beaucoup ignorent.