Procida, perle de la Méditerranée

Carnets de voyage

Nous vous livrons dans ce chapitre quelques unes des adresses que nous avons pu tester et qui vous éviteront de passer pour de vrais touristes :

 

POUR Y ALLER :

Par Avion
Alitalia (www.alitalia.com) : Nombreux vols quotidiens de Paris à Naples. A partir de 280 € l’aller et retour.
Easyjet (www.easyjet.com) : Jusqu’à deux vols par jour de Paris à Naples. A partir de 74,98 € l’aller et retour.

Puis, par Ferry

Caremar (www.caremar.it) : Une fois au port de Naples, nombreux allers et retours directs quotidiens pour Procida. Compter 30 minutes de trajet, environ 7 € la traversée.

Les rues de La Coricella © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

ORGANISER SON SEJOUR

Graziella Travel (+39.081.896.95.94 ; www.isoladiprocida.it) la charmante jeune femme qui dirige l’agence propose différents types de logements sur place, hôtels, villas ou appartements pour différents budgets. Christine et Domenico, qui dirigent l’agence, parlent anglais, italien et allemand. Ils se feront un plaisir de vous orienter une fois sur place.

HEBERGEMENTS

Hôtels :

La Casa Sul Mare : Niché dans le village de pêcheur La Corricella, ce petit hôtel de charme (10 chambres) du 18e siècle possède une situation exceptionnelle. Chambre avec petit déjeuner à partir de 145 € la nuit en haute saison. (www.lacasasulmare.it – +39.081.896.87.99)

Albergo La Vigna : Sur les hauteurs de Marina Grande, ce vieux fort rénové et transformé en hôtel de charme a la grande particularité de posséder ses propres vignes dans le jardin de l’hôtel. En septembre, les visiteurs peuvent participer aux vendanges. A partir de 130 € en haute saison (www.albergolavigna.it – +39.081.896.04.69)

Maisons de pêcheurs et appartements :

Graziella Travel propose une gamme d’anciennes maisons de pêcheurs complètement rénovées et aménagées dans différentes parties de l’île, dont quelques unes situées idéalement dans le petit village de pêcheur La Corricella. De 250 € (deux personnes) à 1600 € (villa de 10 personnes en haute saison) la semaine. (www.isoladiprocida.it – +39.081.896.95.94)

Les rues de La Coricella © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

BONNES TABLES

La Medusa. Ce restaurant, situé sur le port principal de l’île, est l’un des plus anciens. Son patron vous proposera sa spécialité, les pates aux oursins. Compter 30 euros par personnes, sans le vin. Via Roma, 116, Marina Grande. (+39.081.896.74.81)

Le Maestrale. L’un des restaurants familiaux sur le quai de La Corricella. Outre les traditionnelles pastas accompagnées de leurs sauces délicieuses, il faut demander la spécialité : la friture de poissons du jour. Comptez 20 € par personne hors vins. Via Marina Corricella, 29. (+39.081.810.18.89)

A VOIR

Le Musée Maritime. Ouvert du lundi au samedi, de 9h00 à 13h00, ce petit musée situé dans l’Instito Nautico, permet de comprendre le passé maritime glorieux de l’île. Outre de nombreuses photos, instruments de navigation et cartes qui servirent à l’enseignement, le visiteur peut admirer des documents uniques comme les premiers manuels de navigations italiens. Entrée gratuite. Via P. Umberto, 40. (+39.081.896.7004)

L’abatiale de l’archange Saint Michel. Située au cœur de la Terra Murata, vieille ville fortifiée de Procida, cette église possède un étonnant plafond en bois de cèdres du Liban datant du 17e siècle, ainsi qu’une statue de Saint Michel en argent massif et or, qui traverse la ville lors de la fête du saint patron de Procida, tous les ans le 8 mai. Il est intéressant aussi de savoir que le Cardinal de Naples au 11e siècle, qui habitait dans l’abatiale, a participé au jugement de Galilée. Entrée 2 €. (www.abbaziasanmichele.it)

Exploitation de citrons Lubrano Lavadera. Il s’agit de l’une des 5 plus importantes exploitations de citrons de l’île, et sans doute l’une des plus anciennes. Dans la même famille depuis quatre générations, il est possible de se promener au milieu des arbres sur lesquels poussent des citrons aux dimensions incroyables. Si vous avez la chance de parler italien, le père de famille vous racontera l’histoire de cet endroit aux senteurs et aux couleurs exceptionnelles. Les maîtres du lieu se font un plaisir de vous faire déguster le Limoncello en fin de visite. Visite sur rendez-vous. Via Regina Elena, 20. (www.limoncellodiprocida.it – +39.081.810.13.48)

Autres dossiers

  • La Réunion, une île privée d’océan

    Culture, Écologie, Économie8 chapitres

    Jusqu’en 2011, l’île de La Réunion était un véritable paradis maritime au milieu de l’immense océan Indien. Depuis, ce département français vit son pire cauchemar : pour des raisons incertaines des requins attaquent et tuent des hommes à quelques mètres des plages. Cette situation sans précédent suscite d’importantes tensions et controverses au sein des écologistes, scientifiques, surfeurs, pêcheurs et marins. OCEAN71 a enquêté pendant plusieurs mois pour tenter de mieux comprendre cet état de siège d’un genre nouveau.






  • Vidéo

    Les mystères d’Orikum

    Culture4 chapitres

    De retour en Albanie avec les archéologues suisses et albanais, l’équipe d’OCEAN71 Magazine a suivi les fouilles de la ville antique d’Orikum. Ce petit port antique, qui fut un élément clé dans l’ascension de Jules César vers le pouvoir absolu, n’en fini plus de surprendre les scientifiques. Dans cette deuxième saison, les archéologues vont tenter de percer les nombreux mystères archéologique de ce site unique.






  • Les nouveaux prédateurs du krill d’Antarctique

    Écologie, Économie5 chapitres

    Le krill d’Antarctique est la plus importante biomasse de notre planète. Il constitue l’alimentation de base de l’ensemble des animaux du continent blanc. Pourtant, ces cinq dernières années, de nouveaux prédateurs ont fait leur apparition. Une flottille de bateaux de pêche usines vient capturer discrètement ce qui pourrait devenir une mine d’or.