Les nouveaux prédateurs du krill d'Antarctique

Un bateau de pêche chinois coule en Antarctique

Le 21 avril 2013, le Kai Xin, navire de pêche chinois de 104 mètres de long, coulait dans les eaux antarctiques après qu’un important incendie se soit déclaré à bord quatre jours plus tôt.

Après quatre jours d'incendie, le Kai Xin a fini par couler devant les côtes d'Antarctique © Chilean Air Force

La nouvelle est presque passée inaperçue, car les 97 membres d’équipage ont été rapidement secourus par un navire de pêche norvégien qui était à proximité. Les autorités chiliennes ont déclaré à la presse qu’aucune fuite de fuel n’avait été détectée et que la situation était restée sous contrôle. Pas de scandale écologique, pas de gros titres dans la presse.

 

Pourtant, la question qui n’a pas été posée est de savoir ce que faisait un navire de pêche à la pointe de la péninsule antarctique ?

 

Le Kai Xin fait parti d’une flotte de 13 navires-usines, mesurant tous une centaine de mètres, venus du Chili, de Chine, de Corée du Sud, de Norvège, de Pologne et d’Ukraine pour capturer la même denrée à haute valeur ajoutée : le krill d’Antarctique.

Autres dossiers

  • Galerie Les ruines de Jazira Al Hamra © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    Le mystérieux village de l’île rouge

    Culture, Économie1 chapitre

    Les Emirats Arabes Unis sont réputés pour leur démesure immobilière, leur exubérance et leur puissance financière liée au pétrole. Les émirs s’emploient même à faire disparaître toute trace de leur passé de tribus nomades pauvres. Nous avons retrouvé au bord de la mer un village de pêcheur abandonné témoignant de ce passé. Il serait hanté.

  • enfer au paradis des chagos

    Écologie, Économie, Géopolitique5 chapitres

    L’archipel des Chagos. Le nom sonne comme une destination de vacances dans l’océan Indien. Pourtant, mis à part pour l’armée américaine et une poignée de privilégiés, la zone est interdite. Dans le plus grand secret et pendant 40 ans, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont orchestré et étouffé un véritable scandale d’état : l’exil forcé de près de 2’000 habitants. Enquête.