Piège en haute mer

Les experts sont les « Crazy Frenchies »

Les Emirats Arabes Unis ayant été écartés par la Cour Suprême de New York, il faut dès lors trouver un autre lieu que les Américains ne puissent contester. L’Australie ? Pourquoi pas. Les conditions météorologiques en février sont bonnes, mais il n’y a aucune infrastructure… En quatre mois, ce serait de la folie.

Finalement, la Cour Suprême de New York met fin à la querelle entre les deux milliardaires qui s’éternise. Ce sera Valence en Espagne en février 2010. Depuis juillet 2007, rien ou presque n’a bougé. Les infrastructures sont adaptées pour ce type de voiliers hors-norme. Et les deux équipes y ont déjà navigué. Seul problème, les vents hivernaux de Méditerranée risquent, sinon de casser, au moins de bien malmener ces engins ultra-légers qui peuvent aller deux à trois fois plus vite que le vent lorsque qu’ils sortent de l’eau.

Des merveilles de technologie qui auraient coûté à chacun des deux adversaires près de 150 millions de dollars pour développer et construire les bateaux, ainsi que recruter les meilleurs des meilleurs dans le domaine : les skippers Français. Lors d’entraînements sur des trimarans à Lorient, Frank Cammas a servi de consultant pour BMW-Oracle jusqu’à ce qu’il se lance dans le trophée Jules Vernes.

Loïck Peyron et Frank Proffit ont eux rejoint Alain Gauthier chez Alinghi en 2009. Et les « Crazy Frenchy », comme les surnomment les Anglo-Saxons, découvrent des voiliers qu’ils n’avaient imaginés que dans leurs rêves. «C’est incroyable le niveau de précision que l’on peut atteindre, explique Loïck Peyron à Ras El-Khaimah en novembre dernier. Avec dix fois plus de capteurs qu’en Formule 1, les ordinateurs nous disent presque exactement jusqu’où l’on peut pousser le bateau. Avec nos budgets français, l’analyse de nos trimarans se faisait à taton.»

A Ras El-Khaimah, un autre projet impensable il y a quelques mois fait son chemin. Très sérieusement. En cas de troisième victoire suisse, Bertarelli verrait bien la Coupe se dérouler à l’avenir sur des multi-coques ! « Effectivement, je crois qu’il y a un avenir dans l’America’s Cup pour ces engins, ajoute Loïck Peyron. Contrairement aux monocoques, ces multicoques qui semblent si révolutionnaires aujourd’hui, seraient dépassés dans deux ans. Pas plus. »

Après deux ans de batailles juridique, médiatique et technique, les monstres s'affrontent sur les eaux de Valence © Alinghi

Initiée par le trimaran géant des Américains, qui devaient construire ce qu’il y avait de plus rapide, l’America’s Cup est en train de prendre une tournure que Larry Ellison n’avait sans doute pas imaginée en voulant déstabiliser Bertarelli. Pour l’instant, les Américains se font les défenseurs des monocoques et des traditions de la grande Coupe en annonçant un retour à la normale si ils remportent le trophée mythique. Mais rien n’est moins sûr. Qu’ira imaginer Ellison pour conserver le trophée ? Un autre piège ?

Autres dossiers

  • Le dangereux pétrole du Nigéria

    Géopolitique1 chapitre

    Pierre* est un officier de la marine marchande française comme il en existe des milliers dans le monde. Pourtant, après six mois de mission au Nigeria, il revient avec un témoignage unique. Celui d’un homme qui a travaillé dans le monde très fermé du pétrole dans le golfe de Guinée. Pierre* n’a pas été licencié. Il a juste décidé d’arrêter de travailler dans cet enfer que beaucoup ignorent.






  • L’énigme des îles Samoa

    Écologie4 chapitres

    Les coraux seraient menacés par le réchauffement climatique. Certains scientifiques avancent la prédiction terrifiante qu’ils auront tous disparu d’ici à 2050. Un mystère persiste toutefois : comment expliquer que certains coraux des îles Samoa américaines résistent à des températures considérées comme mortelles pour l’immense majorité des récifs coralliens ? Enquête au pays de tous les superlatifs.






  • Pearls of the Gulf © Francis Le Guen / OCEAN71 Magazine

    Le fabuleux trésor du golfe persique

    Culture, Économie4 chapitres

    Avant que l’or noir ne fasse la fortune des pays de la péninsule arabique, certains nomades s’étaient installés le long de la rive sud du golfe Persique et risquaient leur vie en pêchant la première grande richesse de la région: les perles. Si cette pratique a aujourd’hui disparu, les Emirats possèdent toujours l’un des plus fabuleux trésors de perles au monde. Enquête sur un secret bien gardé.