Les mystères d'Orikum

Vidéo

Episode 4

L’équipe d’OCEAN71 Magazine tient à remercier tout particulièrement :

Toute l’équipe de tournage et de postproduction dirigée par Charles Henry ; les archéologues de l’Université de Genève, dont le Prof. Jean-Paul  Descoeudres et Gionata Consagra (Unité d’archéologie classique de l’University de Genève) ainsi que les archéologues de l’Institut archéologique albanais, dont le Dr. Saïmir Shpuza, pour leur patience et leurs précieux renseignements ; le Dr. Adrian Anastasi pour ses conseils d’archéologue ; les ouvriers albanais du chantier de fouilles ;  Luan et sa bonne humeur peu importe les circonstances ; Agim Zoli pour son accueil en Albanie ; Nick pour sa conduite efficace à travers le pays ; l’équipe du groupe Laps à Montreuil pour leur studio d’enregistrement ; Marc de chez Photo Denfert pour ses conseils sur le matériel photographique sous-marin ; Eric Sauvage (son école) pour ses conseils en matière d’imagerie technique sous-marine ; Franklin Riboud, Julia Moigneux et Sophie Pfyffer pour leur bonne humeur, leur intérêt et leurs images vidéos les plus soignées possibles.

Autres dossiers

  • La base aquarius au large de la Floride

    Vivre sous la mer, rêve ou réalité ?

    Culture, Écologie3 chapitres

    Dans les années 60, l’homme a démontré qu’il pouvait habiter sous la mer. Aujourd’hui que reste-t-il de ce savoir et de ces technologies ? Presque rien. Le rêve n’a pas disparu pour autant. Régulièrement, des projets d’hôtels, de musées et de restaurants sous-marins sont présentés au public en images de synthèse. Aucun ne voit le jour. Nous avons décidé d’enquêter pour comprendre la réalité derrière le rêve.

  • Galerie

    Le secret des hippocampes

    Écologie, Économie1 chapitre

    Les huîtres, le banc d’Arguin, les marées… nombreux sont les touristes visitant le Bassin d’Arcachon sans savoir que cet espace biologique unique abrite l’une des espèces les plus mystérieuses des mers : l’hippocampe. Ayant presque disparu il y a une dizaine d’années, le Bassin possède aujourd’hui la plus grande concentration de cheval des mers de France.

  • Maladroite à terre, les tortues marines sont d'une agilité déconcertante en mer. Elles utilisent leur pattes avant comme moteur et les pattes arrières pour se diriger © Philippe Henry / OCEAN71 Magazine

    La clinique de l’espoir à Lampedusa

    Écologie4 chapitres

    La petite île méditerranéenne est connue pour accueillir les navires de migrants fuyant l’Afrique et voulant atteindre l’Europe au péril de leur vie. Mais ce rocher isolé possède un secret : une clinique opère et soigne chaque année des dizaines de tortues marines. Ce qui semble être une goutte d’eau est en réalité une nécessité pour la survie de la Méditerranée.